Plénière : Le budget 2020 de la CTM est adopté

Ce mercredi 18 décembre 2019, le budget 2020 de la CTM a été voté par les élus de l’Assemblée (32 voix pour / 16 voix contre). En introduction du débat sur le vote, le Président du Conseil Exécutif Alfred Marie-Jeanne, est intervenu : 

« Nous avons redressé les finances de la Collectivité Territoriale de Martinique, car il est de notre propre intérêt d’avoir une situation budgétaire et financière assainie et sincère, reconnue officiellement.

Avec plus de 250 M€ de crédits de paiement en investissement, en progression de +8,81% par rapport à 2019, nous franchissons une barre symbolique. Ce montant est d’autant plus méritoire que nos recettes traditionnelles d’investissement ont diminué cette année de 7,33% pour se fixer à 185 422 109 €.

Il a fallu faire un emprunt de 70 M€. Ce montant ne vient pas par hasard. Il est surtout conditionné par le niveau des dépenses d’investissement à payer en 2020, compte tenu des chantiers déjà lancés et à lancer dans l’année.

Par ailleurs nous avons réussi à dégager une épargne de 64,6 M€ d’euros sans laquelle rien n’aurait été possible.

En effet, aucune collectivité publique – Commune, Intercommunalité, Département, Région, Hôpital, Etat –  ne peut se targuer d’investir durablement sans poser la problématique du niveau de l’autofinancement pour son investissement.

Notre autofinancement est passé de 55,4 M€ en 2019 à 64,6 M€ pour 2020, de 6,2% des recettes réelles de fonctionnement en 2019 à 7,5% en 2020.

C’est loin d’être négligeable. Mais notre effort doit se poursuivre car il est la base de la commande publique d’aujourd’hui, de demain et d’après-demain.  Ne pas le comprendre, c’est refuser la visibilité et s’aventurer sur une commande publique en dents de scie, qui pénalise les entreprises et l’emploi. Ne pas l’entendre, c’est nous ôter les moyens d’un développement harmonieux, endogène, pensé et voulu par nous-mêmes.

Il est donc de ma responsabilité d’exécutif de cette collectivité de consacrer et de flécher nos moyens budgétaires sur l’investissement en maitrisant notre « train de vie » en section de fonctionnement. »

L’intégralité de son discours ici

Le budget 2020 : Redressement des finances et développement du Pays

Les élus de l’Assemblée ont examiné le cinquième budget de la mandature. Il est marqué à la fois par la nécessité de poursuivre le redressement de nos finances et de poursuivre le développement de notre territoire et de nos projets dans l’intérêt de notre peuple.

Une part consacrée à l’investissement qui augmente

Il se monte en consolidé (avec budgets annexes) à 1 119 346 919 € en augmentation de 1,7 % sur 2019. L’investissement s’élève à 250 M€. L’emprunt se monte à 70 M€, en progression de 40 % sur 2019.

Les recettes de fonctionnement du budget principal n’augmentent que + 0,88 %(928,3 M€). Sans l’emprunt de 70 M€, les recettes d’investissement (185,4 M€) baissent de 7,33 % en raison du recul du FCTVA, du FRDE (solde octroi de mer) et des autres subventions et participations de l’Etat.

Les dépenses de fonctionnement du budget principal baissent de 0,33 % (863,6 M€) alors que les dépenses d’investissement augmentent de 9,15 %(250 M€).

En recettes, le fonctionnement représente une part de 83,3 % du budget et l’investissement 16,65 %. En dépenses, le  fonctionnement représente 77,55 % du budget et l’investissement 22,45 %.

Cela illustre l’effort de favoriser l’investissement en maîtrisant les dépenses de fonctionnement. Ce sont 54,6 M€ qui ont été basculés du fonctionnement vers l’investissement. D’où des choix stratégiques à arbitrer dans notre gestion.

Il est demandé de strictement maintenir les taux de la fiscalité directe au niveau de 2019 (notamment la taxe foncière à 19,49 %).

Ce budget 2020 vise à améliorer les conditions de travail des agents de la CTM, promouvoir des initiatives fortes en faveur de la jeunesse, mener une action sociale soutenue en direction des plus démunis (personnes âgées, pauvres, personnes éloignées de l’emploi, etc), renforcer le secteur productif (agriculture, industrie, pêche, tourisme, etc), aménager le territoire et soutenir l’habitat, propulser la transition énergétique et numérique (Haut débit), mener à bien les grands chantiers, etc.