Plan d’action Manzo : Pour un suivi de la qualité de l’eau, des sédiments & de la faune

Interprétation des résultats du plan d’action Suivi de la qualité de l’eau et de la faune de la retenue de la Manzo et évaluation de l’impact sur l’agriculture sur le PISE

Le Plan d’Action Manzo mis en œuvre par la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) vise à l’amélioration de la connaissance sur l’origine et le degré de présence de chlordécone dans la retenue de la Manzo ainsi que l’évaluation du risque de transfert de la molécule vers les sols et cultures irriguées par cette eau sur le Périmètre Irrigué du Sud-Est (PISE).

Le CIRAD a été sollicité pour une assistance technique sur ce plan d’action particulier concernant l’amélioration de la connaissance sur l’origine et le degré de pollution de la retenue ; l’évaluation de l’impact de cette contamination sur l’agriculture ; l’accompagnement à la communication

Vous trouverez ci-après le rapport du Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) réalisé dans le cadre de la convention signée entre la Collectivité Territoriale de Martinique et le CIRAD.

  Rapport CIRAD Septembre 2017 

Résumé

Les objectifs des campagnes de suivi de la qualité de l’eau et des sols des parcelles de la retenue de la Manzo, du réseau PISE et de la station SEA à Sainte Anne sont atteints.

L’eau pompée dans la retenue et distribuée dans le réseau PISE ne montre pas de teneur en chlordécone détectée supérieure à 0,01µg/L, et ce quelle que soit la période de l’année. Cela confirme les résultats des campagnes précédentes.

La majorité des parcelles bordant la retenue de la Manzo ne sont pas polluées par la chlordécone. Seules quelques parcelles, identifiées sur la carte des risques comme risque élevé de pollution, pour la zone Petite Gamelle et Dusquesne, montrent des teneurs comprises entre 23 et 321 µg/kg Sol Sec. Sur ces parcelles les productions de racines et tubercules et les animaux ne sont pas recommandés. Elles pourraient confirmer l’origine de la contamination des sédiments de la retenue.

La campagne de mesures réalisées à la SEA Sainte Anne confirme que les parcelles ne sont pas polluées par la chlordécone, levant ainsi les hypothèses de contamination par d’anciennes bananeraies (plantains) et/ou par l’eau d’irrigation du PISE.

La communication des résultats devra s’organiser à différents niveaux et avec différents supports afin que les informations soient diffusées largement auprès des participants aux échantillonnages, et à l’enquête, des riverains de la retenue et des usagers du réseau PISE et de la population martiniquaise.