Lutte antivectorielle : La CTM assure la Présidence de l’ADEGE pour 2021

LUTTE ANTIVECTORIELLE : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ADEGE

La CTM ASSURE LA Présidence de l’ADEGE pour 2021

L’Agence nationale pour la démoustication et la gestion des espaces naturels démoustiqués (ADEGE) regroupe plusieurs opérateurs publics de démoustication dont la CTM, par le biais de son Centre de démoustication et de recherches entomologiques (CEDRE). L’assemblée générale ordinaire de cette agence s’est tenue le mardi 19 janvier 2021, avec des échanges en visioconférence compte tenu du contexte sanitaire.

La CTM était représentée par M. Francis CAROLE, Conseiller exécutif en charge de la santé et des solidarités, et par M. Manuel ÉTIENNE, directeur du CEDRE.

Les représentants élus des membres de l’ADEGE ont eu à se prononcer sur un ordre du jour chargé. Les échanges ont, dans un premier temps, porté sur la révision des statuts, afin notamment de s’assurer de leur conformité aux évolutions techniques et réglementaires du métier ainsi qu’aux souhaits des membres.

Par la suite, les dossiers d’opérateurs publics candidats à l’adhésion à l’ADEGE ont été examinés : les élus ont validé l’intégration du Conseil départemental de Charente Maritime et de la Brigade Verte du Haut-Rhin comme futurs nouveaux membres de l’association.

Renouvellement des instances

Les échanges se sont poursuivis par le renouvellement des instances et notamment du Conseil d’administration et du Bureau de l’Agence. M. Francis CAROLE a été élu, à l’unanimité, à la présidence de l’ADEGE pour l’année 2021 (présidence annuelle tournante).

Un point de situation a été fait sur les finances de l’association et sur le budget 2021 avant que le sujet de la mise en œuvre du décret du 29 mars 2019 sur la nouvelle gouvernance de la LAV ne soit abordé.

Ce fut l’occasion d’un partage d’expériences des opérateurs publics de démoustication qui expérimentent l’application de ce décret depuis le 1er janvier 2020 (l’entrée en vigueur du texte pour la Martinique est prévue le 1er janvier 2023).

L’échange a été riche d’enseignements : le « sort » réservé par certaines ARS aux opérateurs publics de démoustication locaux et l’absence de vrai dialogue entre les représentants de l’Etat et les collectivités doivent alerter la CTM sur les risques encourus à la Martinique…

La lutte antivectorielle une priorité de la CTM

Francis CAROLE a rappelé l’importance de la lutte antivectorielle pour la Collectivité Territoriale de Martinique. En effet, c’est le Conseil Général de Martinique qui, très tôt, s’est engagé dans cette bataille pour protéger la Martinique des épidémies liées à l’Aedes aegypti. Les moustiques n’avaient pas encore, sous l’effet du réchauffement climatique, envahi le territoire hexagonal et, de ce fait, ne présentaient  pas une préoccupation majeure pour l’Etat. Tout en étant totalement disposée à toute discussion utile, dans le cadre du décret du 29 mars 2019, la Collectivité Territoriale de Martinique n’entend nullement se soumettre à une re centralisation qui serait une négation de son engagement.

Présentation du projet de recherche « VECTRAP »

La présentation du projet de recherche « VECTRAP » a conclu l’assemblée générale. Basé sur l’exploration de l’applicabilité et durabilité de la stratégie de piégeage de masse en milieu urbain contre Aedes albopictus et Aedes aegypti, vecteurs des virus de la dengue, du chikungunya et du Zika »,

 Ce projet implique plusieurs partenaires dont certains membres de lADEGE tels lEID Méditerranée (coordinateur), la CTM, l’EID Rhône-Alpes et d’autres participants extérieurs (IRD Montpellier, EHESP de Rennes).

Le projet de recherche est financé par l’ANSES à hauteur de 200 000 € avec un quart de la somme (50 000€) versé à la CTM. Durant 40 mois, les partenaires vont ainsi évaluer l’efficacité de réseaux de pièges pour réduire les densités de moustiques au niveau des quartiers urbains de Montpellier, Lyon et de Martinique.