Intervention du PCE en visioconférence avec le Premier Ministre

Intervention d’Alfred MARIE-JEANNE, Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique

Visioconférence organisée par le Premier Ministre

23 avril 2020 9h00

Ce jeudi 23 avril 2020, le Président du Conseil Exécutif est intervenu sur « le fonds de solidarité et la préparation du dé-confinement » lors de la visioconférence organisée par le Premier Ministre avec les Présidents des Régions de France et les Collectivités d’Outremer.

Ci-après ces deux interventions

1. INTERVENTION SUR LE FONDS DE SOLIDARITE ET LES DISPOSITIFS DE SOLIDARITE MIS EN PLACE

La Martinique est un des pays de la Caraïbe le plus touché par ce virus. La crise n’est pas que sanitaire, elle est éminemment politique ; d’où le rôle que les Régions et les Collectivités d’Outremer doivent y jouer en tant qu’acteur de terrain.

Monsieur le Premier Ministre, en ce qui concerne le fonds de solidarité, je porte à votre connaissance que

La Collectivité Territoriale de Martinique est l’une des premières à avoir signé sa convention avec l’Etat le jeudi 16 avril dernier en apportant une contribution de 2 021 000 €.

La plateforme de réception des dossiers est déjà opérationnelle sur le site de la CTM.

Ce n’est pas notre seule contribution !

Nous avons également mis en place un dispositif spécifique pour répondre aux besoins urgents des TPE ; à savoir :

  • un fonds de subvention territoriale, avec une enveloppe de 20 millions d’euros, en fonction des pertes constatées et des emplois existants
  • un fonds de prêt territorial COVID-19, d’une enveloppe de 5 millions d’euros, pour financer les besoins en fonds de roulement et éventuellement les investissements des entreprises, quels que soient le secteur d’activité et la forme juridique.

Ce dispositif vient compléter le Plan Garantie Etat (PGE).

Par ailleurs, la CTM a voté l’élargissement en Martinique du « prêt rebond » porté par la BPI (car auparavant il était uniquement disponible en France continentale), en accordant une enveloppe de 2 millions d’euros.

A cela s’ajoute un plan d’urgence en direction des plus démunis d’un montant de 1.125 000 euros allant de l’aide individuelle à l’aide aux CCAS et aux associations caritatives.

C’est au total près de 70 Millions que la CTM a débloqués pour un ensemble de mesures plus globales.

En plus du dispositif d’aide d’urgence, la CTM prévoit des moyens spécifiques pour la reconstruction. A cet égard, il faut reconsidérer avec vous, les pertes considérables de recettes sur l’octroi de mer, sur la taxe sur le carburant sur la taxe d’embarquement.

Nous aurons aussi à négocier avec vous une réorientation des investissements prévus dans le cadre du contrat de convention de convergence et de transformation.

Pour faire bref, concis et précis, je crois l’avoir été.

2. INTERVENTION SUR LA QUESTION DE LA PREPARATION DU DE-CONFINEMENT

Monsieur le Premier Ministre, sur la question de la Préparation du dé-confinement, je vous informe que :

Tous les Maires et Présidents d’EPCI réunis à mon initiative ont unanimement réclamé l’expression d’une stratégie martiniquaise pilotée par la CTM, pour la gestion de cette crise sanitaire et sociale et aussi pour préparer le dé-confinement.

Plusieurs décisions seront mises en œuvre avec les Maires, les Présidents d’EPCI et la CTM pour :

  • une collaboration franche et ouverte avec les autorités sanitaires et médicales hospitalières et de ville
  • une généralisation du port de masque
  • pour une politique adaptée à notre situation
  • pour gérer la reprise éventuelle des cours dans le primaire et le secondaire.

Il ne saurait être question d’exposer les scolaires et les personnels au risque de contamination.

Monsieur le Premier Ministre,

  • Compte tenu de la nécessité de préserver l’intégrité sanitaire des divers publics concernés,
  • Compte tenu du besoin de nettoyer tous les établissements avant et pendant la période de reprise pour éviter la propagation,
  • Compte tenu qu’il faudra équiper tous les ATTEE (plus de 1000 agents) travaillant dans les établissements, à raison de 3 masques par jour au minimum
  • Considérant le stock existant en masques qui ne peut répondre à cette exigence
  • Compte tenu de l’incertitude d’arrivée de nouveaux stocks que nous avons
  • Compte tenu du nombre de jours restants pour clôturer l’année scolaire.
  • Après concertation avec les maires, avec les représentants des organisations syndicales et des associations de parents d’élèves

Il s’avère impossible de rouvrir les collèges et les lycées aux scolaires en mai.

Une organisation pédagogique doit être déployée pour achever l’accompagnement scolaire et pour assurer la rentrée en septembre.

Tels sont mes préconisations, Monsieur le Premier Ministre.

                                               Alfred MARIE-JEANNE

                                               Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique