Institut Caribéen d’Imagerie Nucléaire : un pas décisif a été franchi

Un pas décisif a été franchi dans la création de l’Institut Caribéen d’Imagerie Nucléaire (ICIN) en Martinique : un accord financier et administratif a pu être trouvé avec l’ensemble des partenaires impliqués dans la concrétisation de ce projet : l’ARS, le CHUM et la CTM.

L’institut Caribéen d’Imagerie Nucléaire (ICIN) est une avancée historique pour la Martinique : il sera un complexe de santé publique d’envergure mondiale pour la prise en charge des patients en cancérologie, cardiologie et neurologie. Cet outil fera de la Martinique un pôle d’excellence et d’expertise international, avec un positionnement de leadership dans le top 3 américain et dans le top 10 mondial, offrant des prestations médicales et des parcours d’études de haut niveau, permettant le développement de travaux de recherche clinique, la création d’au moins 40 emplois et le développement de nouvelles filières économiques.

Actuellement en cours de construction sur le site du CHU de Fort-de-France, ce projet d’investissement de 63 millions d’euros, démarré dès 2014sera mis en service avec des équipements de très haute précision permettant notamment la détection des cancers :

  • 1 Cyclotron
  • 1 TEP IRM
  • 1 TEP SCAN
  • 1 TEP GRAND CHAMP

Pour rappel, l’ICIN est:

  • Un projet d’investissement de 63 millions d’euros pour le territoire : démarré dès 2014, ce projet aboutira par la construction d’une infrastructure neuve d’une surface de 3 500m².
  • Un atout d’envergure majeur pour le soin des malades, non seulement pour le territoire mais aussi pour les Antilles Guyane, la Caraïbe, les Amériques, l’Hexagone et l’Europe.
  • Un impact économique pour la Martinique non négligeable : la création de plus de 40 emplois dès son démarrage, l’accueil des chercheurs et de doctorants internationaux, le déploiement de projets de Recherche Développement et Innovation (RDI) avec un partenariat intégré avec la Société Caribéenne d’Imagerie Nucléaire (société savante inclusive associant les pays caribéens francophones, anglophones et hispanophones).
  • Des retombées indirectes, par la création d’une nouvelle filière dans le tourisme médical (soins, hébergement, restauration, TPMR…), de nouveaux parcours d’études supérieures et de formations.