Engageons la baisse des prix & Augmentons le pouvoir d’achat !

L’Assemblée de Martinique, réunie le 13 Avril 2022, a officiellement déclaré l’état d’urgence sur les prix en Martinique, l’objectif étant d’arriver à la diminution des prix des produits de première nécessité et de consommation. La Collectivité Territoriale de Martinique a d’ores et déjà travaillé à la révision des mécanismes de fiscalité et notamment d’octroi de mer sur un panier de 1000 produits impactant l’ensemble des ménages martiniquais.

Pour davantage d’impact sur le pouvoir d’achat de la population, ce travail doit nécessairement porter sur l’ensemble des données entrant dans la composition des prix de vente des produits (fret, marges des grossistes et des distributeurs, frais portuaires, TVA…). et associer l’ensemble des acteurs impliqués dans les mécanismes de fixation des prix.

À cet effet,  le Président du Conseil Exécutif de Martinique Serge Letchimy et les Conseillers Sandra CASANOVA, Arnaud RENÉ-CORAIL et Alexandre VENTADOUR ont rencontré, ce mardi 31 Mai, les socioprofessionnels et les administrations concernées.

Les acteurs conviés à cette séance de travail étaient invités à intégrer la négociation sur la baisse des prix des 1000 produits de première nécessité. Le but sera d’aboutir, avec eux, au :

  1. Blocage des prix à la consommation par l’Etat ;
  2. Renforcement des contrôles et de la lutte contre les fraudes par l’Etat ;
  3. La diminution voire la suppression de la TVA que perçoit l’Etat sur cette liste ciblée de 1000 produits ;
  4. La définition de mesures permettant l’encadrement des marges des grossistes et des distributeurs.

Dans le but d’atteindre ces objectifs, ont été mandatés pour mener les négociations :

  • Alexandre VENTADOUR pour la thématique relative aux 1000 produits ;
  • Arnaud RENE-CORAIL pour les questions liées au gaz ;
  • Mme Sandra CASANOVA pour les sujets portant sur l’essence.

A terme, les négociations devront s’achever par une baisse du prix final des 1000 produits de premières nécessité, en tenant compte des marges et du transport, eut égard au prix de revient des produits identifiés.

Sous l’impulsion politique, la COLLECTIVITE TERRITORIALE DE MARTINIQUE entend dresser le cadre des négociations pour amener les acteurs économiques à participer à l’effort collectif, notamment par des efforts significatifs sur leurs marges.

Ceci, au-delà de la baisse de l’octroi de mer proposé par la CTM.