Compte Administratif 2018 : Intervention du Président

Intervention de Monsieur Alfred MARIE-JEANNE
Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique
=====
Plénière du jeudi 20 juin 2019
Vote du Compte Administratif 2018

Monsieur le Président de l’Assemblée de Martinique,
Mesdames et Messieurs les Conseillers territoriaux,
Mesdames, Messieurs,

La réglementation impose qu’avant le 30 juin de l’année suivant un exercice budgétaire, l’exécutif de la Collectivité rende compte au travers de son compte administratif, de la mission qui lui incombe de mettre en oeuvre ledit budget tant en recettes qu’en dépenses.

Au travers de l’exécution de son budget 2018, la Collectivité Territoriale de Martinique a été au cœur des préoccupations et de la vie quotidienne des Martiniquais.
Dans un contexte relativement compliqué à souhait, nous n’avons pas ménagé nos efforts.

Il faut savoir écouter pour entendre.

La Collectivité Territoriale de Martinique a injecté dans l’économie 1 131 201 542,48 € (un milliard cent trente et un millions deux cent un mille cinq cent quarante-deux euros et quarante-huit centimes) en 2018, impactant positivement tous les domaines d’activités et de la vie des martiniquais.

Les actions menées par la Collectivité sont pertinentes, car l’ensemble des secteurs qui relèvent de notre responsabilité ou de notre volonté sont importants.

Mesdames et Messieurs les élus,

L’exposé des motifs que vous avez reçu, les différents rapports et annexes joints aux documents comptables du Laboratoire Territorial d’Analyses (LTA), du Bureau de Gestion du Périmètre d’Irrigation du Sud-Est (BGPISE), et du budget principal, vous présentent les éléments de synthèse les plus caractéristiques de l’année 2018, en termes de montants et de politiques publiques.

Ces documents seront téléchargeables sur le site web de la CTM dans quelques jours. Tout un chacun pourra se les approprier afin de juger en toute connaissance de cause.

Il faut savoir que de manière cumulative, un compte administratif renferme une multitude de chiffres.

Certains agrégats monopolisent l’attention, plus que d’autres :
– le résultat comptable,
– les reports,
– le résultat global de clôture.

Ils permettent de savoir si l’exécution budgétaire a été excédentaire ou déficitaire.

L’examen du résultat comptable du compte de gestion du Payeur Territorial montre que les écritures entre le comptable public et l’ordonnateur sont en concordance.

Sur le L.T.A., une différence de 112 458,78 €, reconnue par la Direction régionale des finances publiques et par la Préfecture sur le compte administratif 2017 a déjà été régularisée par la Décision modificative n°1 de 2019.

Quant au résultat global de clôture, en 2018, le compte administratif du budget annexe du Laboratoire Territorial d’Analyses se solde par un excédent de 157 307,90 €.

Le compte administratif du budget annexe du Bureau de Gestion du Périmètre d’Irrigation du Sud-Est s’achève par un déficit global de clôture de 158 084,46 €.

Le compte administratif du budget principal se termine lui par un déficit de clôture de 515 467,47 €.

Au final, le résultat de clôture consolidé de 2018 pour la Collectivité Territoriale de Martinique est déficitaire de 516 244,03 €.
Ce déficit, il faudra le couvrir.

Tout ceci prouve que le travail entrepris au cours de ces trois dernières années a beaucoup assaini les finances de notre Collectivité, même s’il reste encore à faire.

Pour mémoire, je rappelle que nous sommes partis d’un déficit de 23 637 715,22 € de l’ex-Région en 2015 et que par étapes successives en 2016, en 2017, puis 2018, nous l’avons réduit et nous avons presque réussi à corriger le résultat.

L’assainissement de nos finances se poursuit, malgré des dizaines de millions d’euros de factures impayées laissées par les ex-collectivités ; dépenses non budgétées, découvertes au fil du temps, résorbées au fur et à mesure par la CTM.

Le redressement budgétaire continue tout en ne cédant en rien sur nos propres projets.

Conséquence immédiate, nos indicateurs financiers se sont améliorés.

Nous pouvons aujourd’hui faire état de niveaux d’épargne brute – et surtout d’épargne nette – positifs, là où ils n’étaient avant, qu’insuffisants, voire inexistants.

Malgré ce double effort, nous devons rester vigilants, car rien n’est jamais gagné d’avance, comme rien n’est jamais acquis en matière d’argent.

En effet, chacun sait que l’Etat poursuit habilement son désengagement. Pensez au RSA ! Et dans le même temps, l’Etat nous contraint à des efforts de gestion au travers de sa loi de programmation des finances publiques 2018-2022.

Je le dis et le redis : les recettes de la Collectivité Territoriale de Martinique, qui conditionnent notre capacité à agir, ne sont pas à la hauteur des crédits nécessaires pour maintenir et développer correctement notre pays.

Les moyens manquent cruellement au regard des charges à assumer.

Le problème est donc fondamentalement structurel.

On nous demande de faire plus avec moins de moyens.

Or, sans relèvement significatif de nos moyens financiers, nous serons de nouveau bloqués et nos efforts auront été finalement vains.

Ce n’est surtout pas une question d’incompétence, même s’il y a eu des dérives à la fois inadmissibles et condamnables.

La réalité a dépassé la fiction.

La Collectivité ne peut pas assumer, seule et sur ses fonds propres, l’immensité des besoins à satisfaire.

Que chacun en prenne conscience et agisse en conséquence.

Mèsi An Pil, Mèsi An Chay.