Centre d’exploration de la biodiversité de la Martinique : Le travail commence !

Le projet de préfiguration officiellement lancé

Dans le cadre de la préfiguration du projet d’installation d’un Centre d’exploration de la biodiversité de la Martinique, Serge Letchimy, Président du Conseil exécutif de Martinique a confié au Docteur Emmanuel NOSSIN, pharmacien et ethno-pharmacologue, la mission d’animer un groupe de travail ad hoc, afin de formuler des propositions opérationnelles pour la mise en place de cet équipement structurant pour le territoire.

Ce groupe de travail a été officiellement lancé lors d’une conférence de presse ce mardi 9 novembre 2021.

Ce groupe de travail sera composé de :

  • Docteur Emy NJOH ELLONG, Docteure en biologie, spécialisée en pharmacologie et phytochimie
  • Frantz François-Haugrin, biologiste et ingénieur biochimiste
  • Christelle Lemus, pharmaco-chimiste
  • Stéphanie Morin, pharmaco-toxicologue
  • Laurent Calcul, spécialiste des produits de la mer (algues sargasses), vice-président de l’Université de Tempa en Floride

Engagement du projet de mandature, le Centre Territorial d’Exploration de la Biodiversité donnera à la Martinique l’occasion de participer pleinement au grand processus mondial de préservation de la biodiversité et de contribuer à la recherche de futures phytomédications, plus respectueuses de la culture et de l’environnement.

Vers l’exploitation dynamique de la biodiversité de la Martinique

Les ressources botaniques des Petites Antilles constituent une richesse qu’il est urgent d’inventorier, d’étudier et de protéger. Véritables usines chimiques, secrétant en permanence des substances bioactives pour se défendre contre leurs nuisibles, les espèces végétales sont capables de créer des formules qu’aucune machine humaine ne serait capable d’imaginer.

La microfilière agromédicinale de Martinique doit être développée. La production, à une échelle industrielle, de phytomédicaments standardisés est fortement attendue. Il est donc essentiel de fournir très rapidement les infrastructures, les ressources humaines, l’information scientifique et les paquets technologiques nécessaires.

Pour réussir ce défi, il est prioritaire de créer un Centre Territorial de Recherche et Développement (R§D) sur la ressource phytogénétique de Martinique.

Ce centre permettra le développement de la formation spécifique et des métiers dédiés pour lesquels les besoins en formation sont nombreux (techniciens de fabrication, agriculteurs, transformateurs, corps soignant et scientifique, agents de l’environnement, etc.).

La création d’un Comité de pilotage de la microfilière agromédicinale de Martinique, ayant pour orientation stratégique le développement et la pérennisation de cette filière, est devenue une nécessité impérieuse et absolument incontournable. Il est plus que temps que le pays Martinique se donne les moyens réels de valoriser sa Biodiversité.

De futures phytomédications, plus respectueuses de la culture et de l’environnement.

La création de ce Centre Territorial d’Exploration de la Biodiversité Martiniquaise permettra de :

  • Créer les conditions pour le développement d’investigations futures de produits pharmaceutiques naturels et biologiques ainsi que de suppléments alimentaires.
  • Créer les conditions pour évaluer, certifier et accompagner techniquement, l’innocuité chimique des aliments, produits agricoles, produits pharmaceutiques et cosmétiques, ainsi que des produits environnementaux (pesticides, biocides, engrais, etc.) ;
  • Contribuer à élever le niveau académique et le prestige national et international de la recherche appliquée en Martinique.

L’objectif premier est de créer une plateforme de recherche sur la Biodiversité martiniquaise (incontournable Laboratoire de Pharmacognosie de la Martinique), connectée aux structures locales d’investigations de produits naturels et biologiques (PARM, UA-Pôle Martinique, PNRM, CBMq, CCIM, etc.), mais aussi internationales.

Les principaux résultats attendus sont de :

  • Produire de la connaissance et de la montrer au monde médical par des publications scientifiques.
  • Obtenir des produits naturels avec des effets biologiques potentiels qui les rendraient utiles à l’emploi dans le traitement de pathologies aigues ou chroniques.
  • Démontrer qu’il est possible d’élaborer des produits nouveaux qui contribuent à l’amélioration de la santé et au bien-être de la population à partir de la biodiversité martiniquaise.

D’autres thématiques de recherche seront aussi menées sur des problématiques précises telles que le coronavirus, Alzheimer, Aedes aegypti, les sargasses, les plantes dépolluantes, nutritionnelles et tinctoriales, les maladies cardio-vasculaires et les cancers.