Biguine Jazz Festival 2019 : Un voyage musical exaltant!

La Collectivité Territoriale de Martinique est le partenaire principal du Festival Biguine Jazz, qui se déroulera cette année du 9 au 15 août, avec des artistes de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Réunion, de Trinidad, de l’Afrique et des Etats-Unis.

Lors de la conférence de presse de ce mardi 6 Août, Eric PEDURAND & Mario CANONGE, Selkies, Max MONA et Xavier BELIN étaient présents pour nous donner un avant-goût de la programmation, qui se veut particulièrement innovante cette année.

Intervention du Président du Conseil Exécutif

5 grands rendez-vous

  • Vendredi 9 Août 2019 – Hôtel Bakoua, Les Trois-Îlets

Pour la toute première fois, le Biguine Jazz Festival posera ses valises dans l’un des plus charmants hôtels de la Martinique, le BAKOUA aux Trois-Ilets. Dans une ambiance feutrée et chic, cette soirée d’inauguration de cette 17e édition du BJF promet à coup sûr des moments inoubliables en musique !

  • Dimanche 11 août 2019 – CDST, St-Pierre

Incontestable QG des « Aficionados » du BJF, l’amphithéâtre à ciel ouvert du CDST est le lieu de rencontre et de découverte d’artistes époustouflants depuis
tant d’années. Cette 17e édition vous réserve un cru particulièrement savoureux et effervescent dans la chaleureuse ville d’art et d’histoire de Saint-Pierre !

  • Mardi 13 août 2019 – Arobase (Casino Batelière), Schoelcher

Pour la seconde fois, la célèbre salle de concert du Casino Batelière recevra le BJF pour une soirée originale et conviviale ! Au programme, concert en exclusivité
d’un des groupes les plus prometteurs de la scène parisienne suivi d’une Jam Session déjà incroyable !

  • Mercredi 14 août 2019 – Kinky Mango, Le Lamentin

Nouveau lieu tendance de la nuit Martiniquaise, le Kinky Mango recevra en avant-première, l’une des têtes d’affiches du BJF dans une ambiance DJ set aux
accents Hip-Hop, Soul-Jazz…

  • Jeudi 15 août 2019 – Appaloos’arena, Le Francois

Nouveau lieu, nouvelle envergure, le Biguine Jazz Festival se positionne de manière significative vers l’international avec des artistes venus des quatre coins
du monde. Entre enracinement et universel, les artistes de cette édition 2019, issus pour la plupart de nos régions créolophones et caribéennes, nous vous proposerons un voyage musical inédit et époustouflant !

Les artistes

Mario Canonge Et Erik Pédurand

La musique traditionnelle, première source de création du projet Kapital, est omniprésente dans la voix d’Erik Pédurand dont le timbre épouse avec virtuosité des textes à la fois satiriques, burlesques et engagés, en créole, en français et en anglais. Le tambour, quant à lui absent du duo piano-voix, s’entend si l’on prête l’oreille au bout des doigts de Mario Canonge. Il s’agit pour le duo de puiser dans la force tellurique d’une musique née au coeur d’une époque où l’existence des peuples des Antilles était marquée par le labeur et l’injustice sociale. La fougue minimaliste d’Erik Pédurand et le jazz audacieux de Mario Canonge, forment un écrin parfait pour peindre une toile musicale satirique et engagée placée sous le signe de l’échange inter-générationnel et la préservation du patrimoine immatériel.

Chris Combette

Chantre discret de l’harmonie métisse, Chris Combette avait déjà signé Plein Sud, Salambô, La danse de Flore trois albums qu’on déguste comme les fruits inédits d’un exotisme encore neuf. L’histoire de Chris est métisse par essence.

Né à Cayenne, il apprend à marcher au Havre et crée son premier groupe à Fort-de-France. Sa musique est comme lui, en perpétuel mouvement : elle naît
et se nourrit du voyage. Souvent qualifiées de caribéennes, ses compositions sont pétries de toutes les sonorités qui forgent le répertoire créole : biguine, mazurka, zouk, salsa, calypso, reggae ou bossa nova… En créole, en français, en espagnol ou en anglais, paroles et mélodies nous entraînent ainsi sur le parcours de l’harmonie métisse et l’on sent renaître dans ses albums, le scientifique que Chris Combette fut autrefois, lorsque entre deux concerts, il enseignait encore les mathématiques et la physique.

The Ting Bang

The Ting Bang inscrit son univers musical dans une lignée ancestrale, là où d’autres voient une opposition entre modernité et tradition. Ce groupe de trois artistes Martiniquais, fait figure d’ovni, tant par sa formation atypique que son positionnement. Ils livrent au monde dans un langage contemporain, ce que la Martinique a à offrir de plus authentique, singulier et profond : Le Bèlè. Tantôt outils de résistance, témoin du réel ou expression libératrice, The Ting Bang marche dans les traces porteuses d’espoir de cet héritage. The Ting Bang est surtout une approche artistique naturelle et audacieuse du Bèlè à travers l’alchimie chirurgicale de ces trois artistes et musiciens talentueux, la chanteuse et envoûtante Maleïka Pennont au chant, le prodigieux tambouyé Johan Lebon et le compositeur, beatmaker et tambouyé Dj Noss!

Selkies

Né en 2015, Selkies est la rencontre de trois chanteuses musiciennes à la recherche d’un nouveau son vocal. Tout part de l’improvisation qui scelle tout d’abord un duo complice en composition/écriture (Nirina Rakotomavo/ Céline Boudier) et s’ouvre ensuite vers le trio vocal (Cynthia Abraham). Après plusieurs dates en résidence au Baiser Salé à Paris (2015-2016), ainsi que des festivals en dehors de la capitale, Selkies enregistre son premier EP ALBUM en juillet 2016 aux Studios Ferber. Entre temps, Selkies organise une petite tournée à Mayotte et le groupe remporte quelques prix dont celui de la SACEM au tremplin Crest Jazz Vocal pour l’originalité et la créativité de ses compositions en Août 2017.

En Novembre 2017 paraît La Koulèr la Paix premier album-ep vocal jazz remarqué par la radio TSF jazz dans l’émission de China Moses. Si ces musiciennes chanteuses créent des onomatopées et jouent avec pour en tirer un vrai langage, elles n’en oublient pas pour autant la couleur des mots et leur portée. Un univers mêlant trois personnalités différentes fusionnant la chanson et l’improvisation.

Max Mona

Originaire du Marigot, Max Mona est véritablement ce qu’on appelle un enfant du pays. Très tôt, Max Mona a baigné dans les traditions et la culture locales.
Fils du célèbre chanteur Eugène Mona il commence sa carrière musicale tard, à l’âge de 33 ans. Des artistes tels que Léon Sainte-Rose, Régine Féline, Constant Velasques et les membres du groupe Héritage participent à sa « construction » en tant que musicien et chanteur. Comme il aime à le dire, sa musique lui ressemble car elle est vraie et authentique. Et c’est pour lui l’occasion rêvée, d’exprimer au monde entier ses propres aspirations, ses inspirations et le regard qu’il porte sur son île.

Dans une version inédite pour le Biguine Jazz Festival, Max Mona sera accompagné de ses talentueux sur scène dont le grand percussionniste martiniquais Bago Balthazar mais aussi du discret mais talentueux pianiste Georges Granville.

Mae Defays Et Clelya Abraham

À seulement 21 ans, Maë Defays se place déjà en tête des chanteurs soul-jazz les plus talentueux du XXIe siècle. Très active à Paris, la jeune femme d’origine
guadeloupéenne à la voix de cristal nous emmène dans son univers groovy et authentique teinté d’accents pop et jazz. Pour ce concert unique au Biguine Jazz Festival, Maë Defays sera en duo, accompagnée de Clélya Abraham au clavier. Ayant grandi dans une famille de musiciens, Clélya se passionne très tôt pour la création musicale. Après une solide formation en classique, elle se tourne vers le jazz et la world music et multiplie les projets. Les deux jeunes femmes éblouiront le public du Biguine Jazz Festival avec des compositions inédites de leurs répertoires respectifs, influencées par le jazz, la funk et la musique antillaise… Un duo à couper le souffle avec des morceaux interprétés en anglais, français et créole.

Yusan

L’histoire de ce groupe a un lien très étroit avec le Festival Biguine Jazz. En effet, Yusan est tout simplement une transformation du backing Band de Erik Pédurand appelé The Keeys qui en 2015, au travers d’un résidence organisée par le Biguine Jazz, à réalisé l’EP Tribute to Mona. Forte de ces expériences passées, une partie des musiciens de the Keeys (Ralph Lavital, Gwen Ladeux, Mathieu Edward) décide de créer sa propre musique et de suivre son propre chemin. Ils intègrent trois autres musiciens à la formation , Kevin Jubert au Clavier, Nkia Asong au chant, et Romain Cuoq au saxophone ténor. En 2018, le Biguine Jazz fait confiance à cette nouvelle formation et utilise son titre Chiraj’ comme générique officiel de la 16e édition. Ce groupe estampillé Biguine Jazz, dont les membres sont appréciés des connaisseurs, a toute sa place dans l’édition à venir. Et montrerait la confiance et la fidélité que placent les organisateurs dans cette jeunesse ultramarine et multiculturelle, qui porte intelligemment les couleurs du nouveau Jazz pop caribéen.

Xavier Belin & Pitakpi

Créé en 2018 par Xavier Belin, pianiste, arrangeur et compositeur, Pitakpi est un quartet de jazz fortement influencé par les musiques afro-descendantes. Le mot
« PITAKPI » fait référence aux onomatopées utilisées pour la clave du Ti-Bwa, clave à partir de laquelle est construite quasiment toute la musique traditionnelle.

Il puise ses inspirations notamment dans la musique traditionnelle Martiniquaise, île natale du pianiste. C’est donc à travers un quartet (vibraphone, piano, basse,
batterie) que Xavier Belin a décidé de nous dévoiler ses compositions. Pour cela il a choisi ses musiciens avec minutie… Le jeune et prodigieux batteur Laurent Emmanuel Bertholo, l’excellent bassiste Elvin Bironien et Alexis Valet, jeune prodige du vibraphone. Très influencé par la musique caribéenne, le projet PITAKPI
est un travail consciencieux et aboutit. Une proposition artistique originale et prometteuse à découvrir en exclusivité sur la scène de l’Appaloos’Arena!

Soft

Une musique qui enivre sans jamais saouler, une voix qui porte bien plus loin que les rives de la Caraïbe… SOFT est un groupe qui a profondément marqué l’histoire de la musique antillaise de ces 15 dernières années. Le 1er album Kadans a péyi la sorti en juillet 2005 aux Antilles, puis en janvier 2006 en métropole a rencontré immédiatement un immense succès. A l’avant-garde musicale, Soft rompt avec le zouk dominant dans les médias à l’époque ; la musique de Soft est une musique totalement acoustique, basée sur les rythmes traditionnels du Ka, teintées de fortes influences brésiliennes et jazz.

Étienne Charles

L’un des jeunes artistes de jazz les plus captivants et les plus excitants qui introduit le genre dans un nouveau territoire révolutionnaire, est le trompettiste et chef d’orchestre Etienne Charles, qui a déjà enregistré trois albums impressionnants sur son propre label Culture Shock Music. Son nouvel album, Carnival, est un voyage passionnant et vivifiant unissant les méthodes Trinidadiennes aux nouvelles expressions d’un jazz en parfaite métamorphose! Il est en train de devenir un compositeur avec lequel il faut compter. L’année dernière, il est devenu le plus récent membre du SFJAZZ Collective, le premier groupe de jazz contemporain. Après un passage remarqué au Biguine Jazz Festival en 2014, le « Prince du Jazz Créole » reviendra en Martinique pour présenter son nouvel et 7e album Carnival !

Formé du guitariste et chanteur-compositeur Fred Deshayes, du contrebassiste Joel Larochelle et du saxophoniste Philippe Sadikalay, le groupe SOFT propose une musique live et acoustique, bien enracinée dans la tradition de la Guadeloupe, mais aussi et surtout de la qualité d’écriture de Fred. Pour mémoire, le groupe SOFT qui se produisit en 2003, en première partie de Kenny Garrett en Guadeloupe, est l’un des groupes majeurs de l’histoire de la musique antillaise. Leur premier album fut une véritable révolution qui dépassa les clivages de la société : plus de 30 000 albums vendus aux Antilles.

Somi

Laura Kabasomi Kakoma dite « Somi » est souvent saluée par la presse américaine et européenne comme la nouvelle Nina Simone ! Auteure, Compositeure et interprète hors-pair, Somi est Américaine d’ascendance rwandaise et ougandaise. Elle fait partie de ces rares artistes qui représentent de façon pertinente ce que « jazz » et «musique africaine» signifient. Sa musique est teintée subtilement de pop africaine, de soul, d’afrobeat et bien évidement de Jazz. Ayant un sens aigu de la narration, Somi offre des performances vocales d’une clarté fabuleuse et d’une expressivité saisissante. Totalement captivante, la Diva est également dotée d’une riche musicalité et d’une sophistication rare. Son évolution artistique depuis plusieurs années est indiscutable. Avec son groupe, elle continue de se produire sur des scènes du monde entier. En son coeur, elle est une fille du Midwest africain qui aime la famille, la poésie et la liberté. En exclusivité et pour la première fois en Martinique, la Diva du « New African Jazz » accompagnée de ses fabuleux musiciens, sera sur la scène de l’Appaloos’Arena pour un concert pour le moins inoubliable!

Sly Johnson

Présent depuis 20 ans sur la scène française, Sly Johnson cumule désormais un parcours riche dans le paysage musical, notamment avec une Victoire de la Musique et deux disques d’or avec le Saïan Supa Crew. C’est une autre vie qui commence en 2007 pour Sly avec la fin du Saian Supa Crew. Il se cherche depuis quelques années et on le retrouve aux côtés de Camille, Oxmo Puccino, Rokia Traoré ou encore Erik Truffaz avec qui il va enregistrer un duo. Peu à peu il trouve sa voie au travers de ses rencontres : sur le fil de la mélodie, de la spiritualité avant toute chose. Aux victoires du jazz, il partage même la scène avec Dee Dee Bridgewater pour un hommage à James Brown.

Sur scène, il associe ses machines à la chaleur et au son organique du clavier, des guitares, de la basse et de la batterie. S’échappe alors un groove abrasif, une musique riche au carrefour du hip-hop de la funk et du Jazz.

Sly Johnson, véritable showman, embarque avec une extrême générosité les spectateurs dans son univers musical, une performance irrésistible à découvrir en exclusivité en Martinique et sur la scène de l’Appaloos’Arena !