Vœux 2019 de Claude Lise

VŒUX 2019 DE CLAUDE LISE AUX MARTINIQUAISES ET AUX MARTINIQUAIS

Mes chers compatriotes,
Le passage d’une année à une autre est, c’est la tradition, un grand moment de convivialité et de réjouissances. L’idéal serait, bien entendu, qu’il le soit pour tous, ici et partout dans le Monde. Nous savons, hélas, que ce n’est pas le cas ! Et même ceux d’entre nous pour qui 2018 aura été une très bonne année ont du mal à éprouver une joie sans partage.

Comment oublier, en effet, les terribles drames qui ont émaillé les douze mois que nous venons de vivre ? Il y a eu d’une part toute une série de catastrophes naturelles de grande ampleur : séismes, tsunamis, éruptions volcaniques, cyclones, inondations et feux de forêts ; le tout sur un fond de réchauffement climatique de plus en plus inquiétant.

En Martinique, ce type de catastrophes majeures nous a été épargné, mais l’invasion d’une grande partie de notre littoral par des sargasses est venue aggraver le désastre environnemental et sanitaire dû aux pesticides et dont nous continuons de subir les conséquences.

En dehors de ces phénomènes naturels, on a dû déplorer la poursuite de nombreux conflits armés au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, avec leur cortège d’actes de barbarie touchant prioritairement les civils et notamment les femmes et les enfants. On a continué à assister au terrible drame des migrants, à des persécutions exercées par des fanatiques à l’encontre de certaines communautés religieuses, à d’innombrables exactions à caractère raciste, antisémite ou homophobe. Enfin, de nombreux attentats terroristes ont été perpétrés ; nous avons encore en mémoire celui du 11 décembre dernier à Strasbourg.

Mais comment ne pas avoir une pensée également pour tous ceux qui ont été durement éprouvés par la maladie, une situation de handicap ou un drame familial ou personnel ?

Comment rester insensible à la détresse des innombrables victimes d’un monde où les politiques ultra-libérales et un capitalisme financier débridé n’ont cessé de faire croître les inégalités ?

Comment ne pas entendre les cris qui montent de l’actuel mouvement des « gilets jaunes » et qui expriment, au-delà d’une revendication d’amélioration de pouvoir d’achat, un besoin de pouvoir vivre mieux, dans une société plus solidaire et une démocratie plus ouverte à la participation réelle des citoyens ?

Que de sujets préoccupants, angoissants mêmes, pour lesquels on voudrait souhaiter que 2019 parvienne à dégager des perspectives positives !

Mais, nous le savons, la réalisation des souhaits dépend beaucoup de notre engagement à les faire aboutir, chacune et chacun au niveau de responsabilité qu’elle ou il occupe.

Pour ce qui nous concerne, en Martinique, il faut en tout premier lieu que le Président de la République et son Gouvernement prennent la mesure d’une situation économique et sociale insupportable et, surtout, du mal-être d’une jeunesse à laquelle il importe de donner des perspectives et de redonner des raisons de croire en l’avenir de notre Martinique.

Il faut qu’ils accordent à nos collectivités territoriales les moyens financiers, mais aussi normatifs, indispensables pour leur permettre de conduire des politiques publiques beaucoup plus efficaces.

Il faut, par ailleurs, que les élus martiniquais privilégient un débat démocratique de qualité, dégagé des querelles subalternes et dérisoires. Dans une conjoncture aussi inquiétante que celle que nous connaissons, les problèmes d’égo, le goût du pouvoir, les intérêts purement partisans et le sectarisme doivent impérativement s’effacer devant l’intérêt supérieur de la Martinique et le service dû aux Martiniquais.

Et puis, il y a ce qui relève de la responsabilité des citoyens. Mon voeu le plus cher est que, dans ce cadre, cela se traduise par un engagement de chaque Martiniquaise et de chaque Martiniquais à s’impliquer réellement dans les affaires publiques, en utilisant tous les moyens existants (associations, syndicats, groupes de réflexion, partis politiques, etc). Que l’année 2019 soit donc réellement l’année d’un pouvoir accru conquis par les citoyens !

A ces souhaits, permettez-moi d’ajouter, pour chacune et chacun d’entre vous, des voeux plus personnels de santé, de joies partagées et de réussite. Qu’il vous soit donné de connaitre une année riche en surprises agréables et en raisons d’espérer ; une année particulièrement épanouissante !

Claude LISE
Membre honoraire du Parlement
Président de l’Assemblée de Martinique