Regard transversal sur le futur Musée d’Art Contemporain de la Martinique

Regard transversal sur le futur Musée d’Art Contemporain de la Martinique sur le site de l’ancien Palais de Justice (Propriété de la CTM)

Hervé BEUZE, Professeur–Artiste plasticien

Pourquoi un Musée d’Art Contemporain ?

L’ ouverture d’un Musée d’Art Contemporain est une excellente nouvelle pour la profession car les expositions d’arts visuels en Martinique ont toutes une période de visibilité trop courte et des espaces d’exposition inadaptés.

Quel intérêt représente l’ouverture d’un Musée d’Art Contemporain en Martinique pour la scène artistique locale, caribéenne et internationale?

L’intérêt premier est selon moi l’education et la transmission de l’oeuvre et de la démarche des artistes, essentiels de notre jeune Histoire de l’art au niveau de tous les publics particulièrement des scolaires. Il peut devenir la fenêtre ouverte au Monde sur nos pratiques plastiques anciennes et actuelles.

Quels sont les enjeux pour les artistes ?

Les enjeux sont multiples. Ce musée peut devenir à terme un espace de légitimation autrement dit de reconnaissance d’un artiste et de sa pratique. C’est aussi la possibilité d’avoir un équipement catalyseur qui déclenchera une plus grande émulation au niveau de la création et de la vie artistique et la naissance de tous les maillons manquant d’un veritable marché de l’Art. Les professions de promotion et de vente de l’art, agents artistiques et galiéristes, et les professions scientifiques qui prennent l’art comme sujet de compréhension de notre être au Monde.

André Lucrèce, Ecrivain

Un musée exposant toute la richesse des arts plastiques de la Martinique et des Caraïbes contribuerait, par la dramatisation fantastique de l’imaginaire de nos plasticiens, à montrer aux Martiniquais toute la valeur de notre fonds d’art et à dévoiler notre univers artistique aux visiteurs de notre pays.

Ayant pendant de longues années, à la demande de plusieurs artistes, accompagné de mes textes des oeuvres merveilleuses, du sémillant groupe Fromager jusqu’à Henri Guédon en passant par Chantal Charron ou Laurent Valère et bien d’autres, sans parler des échanges fraternels avec plusieurs de nos artistes, je viens ici soutenir le projet qui s’annonce. Ce musée, que je perçois en œuvres d’art moderne et contemporain, illustrerait cette tension démenée en mystère et en affirmation d’une vocation à dire les Antilles, les Antilles nouées en drame et en beauté, unies en douleurs, mais aussi en lumières.

Un tel projet ensemencerait également sans doute d’indéniables vocations que notre école supérieure d’art aurait alors charge de mener à l’excellence.

Norville GUIROUARD-AIZÉE, Artiste en Mythologie, Plasticien, Installateur

Il en était temps. La Martinique a besoin d’échanger avec le monde, de montrer les créations d’artistes. Besoin culturel et surtout pour que notre peuple se cultive.
La Martinique a des artistes dont les créations interpellent l’internationale. Le MAC doit être un outil pédagogique pour les étudiants, un champ référentiel, dans les
domaines des arts contemporains. Puisse ce M.A.C. remplisse sa mission pleinement en complétant l’offre culturelle Martiniquaise.

Josiane CAPRON, Présidente de l’AMPI (Association Martiniquaise pour la Promotion de l’Industrie)

Nous accueillons très positivement la décision de la Collectivité Territoriale de Martinique, de contribuer à la valorisation de notre patrimoine culturel grâce au
fonds documentaire considérable actuel et futur, et de participer ainsi à sa vulgarisation auprès du plus grand nombre.

À l’instar des espaces muséaux existants dans d’autres villes du monde, il est évident que plusieurs facteurs concourent à la réussite d’un projet aussi ambitieux
tel que la création du M.A.C. (Musée d’Art Contemporain) à Fort de France :

  • son emplacement central entre la Cathédrale, la Bibliothèque Schoelcher, la Savane, le musée Aimé Césaire et le grand marché ;
  • son architecture exceptionnelle qui lui confère une identité unique ;
  • son immense catalogue d’œuvres, ses futures expositions thématiques, ses pépites à venir ;
  • et ses événements propres qui rythmeront l’agenda culturel martiniquais.

Avec une fréquentation annuelle de plusieurs milliers de personnes, tous les ingrédients sont en place pour contribuer à une revitalisation du territoire et voir naître d’ici quelques temps une configuration nouvelle de la ville avec l’émergence d’une zone de chalandise dans les quartiers adjacents : cafés, bars, boutiques, restaurants, espaces artisanaux… Quoi de mieux pour valoriser l’image de la Martinique et celle de sa culture avec son offre muséale variée et conquérir le cœur des Martiniquais de tous âges et celui de nos visiteurs ?
Quelle formidable vitrine et quelle promotion pour nos fabrications locales qu’elles soient artisanales ou industrielles ! Qu’il s’agisse de nos savoir-faire, de nos productions emblématiques et permettez-moi de penser à nos rhums agricoles AOC, à nos confitures et gelées, à nos chocolats, et également à nos pâtisseries et à notre gastronomie créole.

Vite, nous avons hâte de prendre nos quartiers au M.A.C. et à ses alentours !