Réduire notre vulnérabilité aux risques majeurs et anthropiques

Face aux risques naturels et aux pollutions causées par l’homme, comment réduire notre vulnérabilité ? Pour répondre à cette question, le CÉSECÉM (le Conseil Économique Social Environnemental de la Culture et de l’Éducation de Martinique) organise le vendredi 14 juin de 17h à 20h30, salle plénière de la CTM à plateau-roy, une conférence-débat intitulée : Populations, risques majeurs et anthropiques : une vulnérabilité polymorphe.

La Martinique directement concernée

A l’image des autres territoires insulaires caribéens, la Martinique est directement concernée par les risques naturels et les pollutions causées par l’homme. Ouragans, séismes, glissements de terrains, inondations, mais aussi chlordécone, sargasses… font désormais parti du vocabulaire quotidien des martiniquais.

En Martinique, tous ces risques se trouvent exacerbés par :

  • la taille du territoire (micro-insulaire) entrainant un manque d’espace et de possibilités de réinstaller les populations touchées ;
  • la situation géographique (entourée d’eau, avec un relief fortement vallonné) ;
  • la forte densité de population (360 habitants / km² contre 120 dans l’hexagone) ;
  • la fragilité du bâti, avec une part importante de constructions non professionnelles, inadaptées, situées dans des zones sensibles (bordure de rivières, pied de versants, zones submersibles, liquéfiables, au somment de mornes) ;
  • l’inadéquation de la législation (créé pour la France hexagonale qui se surimpose à la Martinique sans forcément prendre en compte les spécificités du territoire).

Tous ces éléments doivent nous éclairer sur notre vulnérabilité, et mettre en lumière l’écart qui nous sépare de la résilience, c’est-à-dire des politiques et comportements susceptibles de réduire notre vulnérabilité.

1 objectif : Être résilient !

Être résilient c’est être capable :

  • d’anticiper des perturbations, brutales ou lentes ;
  • d’en atténuer les effets ;
  • de se relever, rebondir et évoluer grâce à l’apprentissage, l’adaptation et l’innovation.

L’objectif de cette conférence-débat est d’aborder toute la palette des risques afin de faire émerger les bonnes attitudes et/ou comportements susceptibles de nous rendre plus résilient individuellement et collectivement.