L’amélioration de l’habitat: une réponse adaptée aux enjeux de la Martinique

Le jeudi 2 février 2017 a eu lieu le séminaire « L’amélioration de l’habitat, une réponse adaptée aux enjeux de la Martinique« . Cette manifestation, organisée conjointement par l’État et la Collectivité Territoriale de Martinique, s’adressait à l’ensemble des professionnels concernés par les enjeux de l’amélioration de l’habitat (collectivités, syndicats d’assainissement, établissements publics, services de l’État, bailleurs et opérateurs sociaux, chambres consulaires, sociétés d’économie mixte, monde du BTP, banques, associations de personnes âgées, financeurs, entreprises …).

Cette rencontre s’inscrit dans le prolongement du Conseil Départemental de l’Habitat et de l’Hébergement (CDHH) du 7 juillet 2016, présidé par le Président de l’Assemblée de Martinique Claude Lise, au terme duquel il a été convenu la nécessité d’organiser régulièrement des rencontres thématiques afin de rechercher des pistes d’actions  de nature à renforcer  l’offre de logement en Martinique.

Plus de 180 personnes étaient présentes à ce séminaire sur l’amélioration de l’habitat, qui se voulait être un espace de:

  • démonstration de la manière dont l’amélioration de l’habitat permet, déjà aujourd’hui, de répondre aux besoins de la population martiniquaise ;
  • discussion et de débat entre professionnels aux pratiques et horizons variés ;
  • lancement d’une dynamique forte pour faire de l’amélioration de l’habitat un thème de travail central en 2017.

En 2015, la signature du Plan Logement Outre-mer affichait clairement les ambitions de la politique du logement Outre-mer. L’amélioration de l’habitat privé constitue un des principaux leviers permettant à des populations fragiles de conserver un logement décent.

Des enjeux spécifiques

En Martinique, la question de l’amélioration de l’habitat répond à une multitude de thématiques spécifiques. Selon les sources, entre 6 000 et 10 000 logements sont considérés comme indignes. En 2013, plus de 30 000 logements sont répertoriés comme vacants. En 2040, le scénario démographique de l’INSEE prévoit que 4 martiniquais sur 10 auront plus de 60 ans faisant de la Martinique la seconde région la plus âgée de France. La question du maintien à domicile des personnes en perte de mobilité constitue donc déjà aujourd’hui un véritable enjeu de société.

Face à un tel constat l’amélioration de l’habitat  entend répondre à des problématiques propres: la lutte contre la dégradation et l’habitat indigne, la réhabilitation énergétique, l’adaptation du logement au maintien à domicile, la résorption de la vacance, favoriser l’activité économique des TPE/PME du secteur du BTP, la restauration du patrimoine bâti ordinaire, la mise aux normes de l’assainissement, la revitalisation des centre-bourgs…

Pour Claude Lise, Président de l’Assemblée de Martinique, l’objectif de traiter la question de l’amélioration de l’habitat est de « trouver des solutions permettant de faire face au déficit de logements disponibles notamment pour les familles en difficulté et de relever le défi d’un logement décent pour tous. »

conference-habitat-deal-ctm-02-fev-2017---DSC_0665

Mise en place d’une stratégie partagée

Le 7 juillet 2016, les membres du Conseil Départemental de l’Habitat et de l’Hébergement (CDHH), dont le Préfet de Martinique et sous la présidence du président de l’Assemblée de Martinique, ont donné un avis favorable au plan d’actions du Plan Logement Martinique (PLM).
Cette signature est l’aboutissement d’un travail important de concertation, engagé depuis l’adoption du PLM par 25 acteurs du logement le 16 juin 2015.
Depuis plus d’un an, l’objectif était de dépasser ce document composé d’un diagnostic commun et des engagements individuels associés, en mobilisant tous les partenaires autour d’engagements partagés, collectifs et ambitieux. Il s’agissait ainsi de définir une véritable stratégie du logement tant au niveau des ambitions que des actions opérationnelles.
Pour y parvenir, une concertation large a été organisée, à l’image des 3 ateliers de travail organisés le 15 janvier 2016, lesquels furent, par l’affluence observée (une centaine de personnes), les échanges suscités et les pistes de travail dégagées, une réussite. Ils mobilisèrent beaucoup plus largement que les seuls signataires du PLM et ce sont les organismes bancaires, les représentants des entreprises du BTP ou encore les opérateurs sociaux qui se sont joints aux travaux et se sont engagés dans une démarche pleinement contributive.
C’est à partir de ces échanges que les actions opérationnelles purent être priorisées et qu’une véritable feuille de route collective s’est ainsi dégagée : le plan d’actions du PLM.

Retrouvez l’intégralité des diaporamas en cliquant ici

Lire aussi:

Solidarité: focus sur le Fonds Social pour le Logement