La Martinique au IVème Forum des RUP

Jeudi 30 et vendredi 31 mars 2017, s’est tenu le IVème Forum des RUP, organisé par la Commission Européenne, à Bruxelles, en présence des Présidents des Régions ultrapériphériques, du Président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker et de la Commissaire européenne à la politique régionale Corina Cretu. Thématique générale de ce forum : « Les Régions  ultrapériphériques, terres d’Europe dans le monde: vers une stratégie renouvelée »

Ce forum illustre le dialogue étroit et constant entre l’UE et ces 9 régions (la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, Mayotte, la Réunion, Saint-Martin, les Açores, Madère et les Iles Canaries). Les Présidents des régions et les représentants des institutions européennes se sont penchés cette année sur le renouvellement prochain de la stratégie de l’UE pour ces régions. Une communication de la Commission en ce sens devrait être adoptée d’ici la fin de l’année.

« Notre objectif est d’aider ces régions à capitaliser sur leurs atouts, dans des domaines porteurs de croissance tels que l’économie circulaire, la recherche, la croissance bleue ou les énergies renouvelables. Lors de ce forum, nous réfléchirons ensemble aux moyens de stimuler leur compétitivité, en les aidant à mieux s’intégrer dans les marchés voisins ou en améliorant la couverture numérique et l’accessibilité sur leurs territoires, notamment grâce aux investissements de l’UE, » a déclaré la Commissaire Corina Creţu.

La Guyane, une absence remarquée

C’est Rodolphe Alexandre, Président de la Collectivité Territoriale de Guyane qui a ouvert les débats en sa qualité de Président de la Conférence des Présidents des RUP par vidéo, compte tenu de la crise sociale que traverse le territoire depuis plusieurs jours. Le Président de la CTG, dans son allocution, regrettait de ne pouvoir assister à ce Forum mais ne pouvait se résoudre à quitter le territoire alors que la Guyane connaît une crise sans précédent. La Ministre de l’Outre-Mer Ericka Bareights qui devait intervenir au Forum des RUP avait dû, elle-même, être remplacée au pied levé par Jean-Marie Le Guen, Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, pour se rendre en Guyane pour entamer des négociations.

L’absence de la Guyane a été fortement soulignée par les différents intervenants car elle  illustre une situation complexe, résultat de politiques inadaptées aux spécificités locales. Pour le Président Alfred Marie-Jeanne, rien de vraiment surprenant : « La cause de sa non-présence parmi nous est le concentré des promesses et des engagements non tenus. La situation en  Guyane met aussi en  lumière  les paradoxes encore  trop  nombreux, auxquels  nous  sommes  confrontés, dans  la mise en œuvre des différentes  politiques de l’Union européenne».

« L’Europe, terres des RUP dans le monde: vers une stratégie renouvelée »

Si le statut des RUP est reconnu par le traité 349 portant sur le fonctionnement de l’UE, les présidents des régions ultrapériphériques sont tous d’accord pour dire qu’il est impératif de prendre en compte les spécificités de chaque RUP dans l’établissement des politiques européennes.

Dans son discours, le Président du Conseil Exécutif de la CTM a, entre autres, rappelé l’importance de définir une trajectoire plus appropriée et plus adaptée au développement des RUP et a dénoncé l’absence du soutien de l’Europe envers le secteur de la pêche, une problématique reprise dans le mémorandum réalisé par les 9 présidents des RUP.

Il a notamment conclu ainsi :  » […] Les RUP vous tendent la main, non pas celle d’un mendiant, mais celle d’un partenaire, conscient et plus que jamais déterminé, pour rendre plus efficientes les économies de leurs territoires. »

 

– Accédez au discours du Président du CE de la CTM au Forum –

En retour, Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne a affirmé sa volonté de prise en compte des spécificités des RUP dans les politiques européennes, notamment dans les politiques commerciales. « Notre objectif est d’apporter des réponses ciblées et concrètes aux questions de nos concitoyens où qu’ils soient dans le monde. »

 Un mémorandum, une opportunité à saisir

Au deuxième jour de ce Forum, les Présidents des RUP ont remis à Jean-Claude Junker, Président de la Commission Européenne, un mémorandum. L’objectif est de rappeler de manière commune la nécessité d’apporter des réponses durables aux problématiques des RUP  notamment sur les questions de :

  • l’amélioration des interconnections aériennes, portuaires et numériques,
  • développement du potentiel humain,
  • la valorisation des énergies renouvelables
  • la préservation   de   notre   environnement,   de   notre biodiversité  et  la  lutte  contre  les  effets dévastateurs du changement climatique,
  • la croissance économique avec des sujets importants tels que le  tourisme,  les  économies dites bleue,  verte  ou circulaire,
  • développement des industries créatives et culturelles.

Enfin, il s’agit dans ce mémorandum d’inciter les instances européennes à replacer les citoyens des RUP au cœur des politiques européennes. Selon Alfred Marie-Jeanne, est «une opportunité à saisir par la Commission Européenne d’inscrire les RUP, dans une dynamique de  co-construction des futures  politiques sectorielles de l’Union européenne ».

 

 

Encore plus de photos ici!

 


Lire aussi

Six propositions pour les Outre-mer