Infrastructures numériques

Le numérique est une chance pour la Martinique. Le défi à relever est de créer les conditions les plus favorables à son développement : infrastructures compétitives, aménagement équilibré au sein du territoire, équipements partagés pour le développement de services, opportunités de marché pour la filière numérique, formations adaptées, financement des projets privés et des jeunes pousses….

Face à ce défi, la Collectivité a engagé depuis plusieurs années une politique numérique globale (infrastructures, usages et services), pilotée par une mission consacrée au numérique :

  • la délégation de service public attribuée à Martinique Numérique (MNU), pour une durée de 20 ans, en 2007 pour l’établissement et l’exploitation du réseau de collecte LIANE qui constitue un premier maillon important pour les déploiements Très Haut Débit à venir
  • l’aide au déploiement d’un nouveau câble sous-marin reliant la Martinique à la Guadeloupe (MCN)
  • le plan de résorption des zones blanches du territoire (dans le cadre de la DSP confiée à MNU)
  • le schéma Directeur des Usages et Services dans le domaine des TIC

Ces actions constituent un actif important pris en compte dans le Schéma Directeur Territorial de l’Aménagement Numérique (SDTAN).

L’objectif fixé dans le cadre du SDTAN de la Martinique consiste à atteindre une couverture totale du territoire en Très Haut Débit FTTH d’ici 2022 soit en 6 ans. Parallèlement à cet objectif, la politique de continuité territoriale numérique de Martinique doit permettre une réduction tarifaire des accès Internet sur le territoire martiniquais, l’anticipation des besoins d’interconnexion, et l’amélioration de la qualité de service. Tous ces éléments sont des préalables au succès de l’arrivée du Très Haut Débit sur le territoire martiniquais.

La mise en oeuvre de cette politique d’aménagement numérique sur le territoire représente un enjeu financier de plus de 200 M€ d’investissement à concéder sur 6 ans que la Collectivité Territoriale de Martinique portera sous sa propre maitrise d’ouvrage en concertation avec ses partenaires.
Dans le contexte réglementaire et institutionnel en place, le déploiement de ces réseaux d’avenir, en dehors des zones déclarées par les opérateurs privés, passera nécessairement par une initiative publique des collectivités locales, avec l’appui technique et financier de l’État. Ces déploiements de réseaux en fibre optique jusqu’à l’abonné représentent un enjeu industriel et financier significatif. Il s’agit pour les collectivités locales de prévoir le déploiement d’une infrastructure de desserte structurante caractérisée par :

  • Environ 130 000 prises à construire
  • Un investissement public pour la desserte en fibre optique du territoire de plus de 200 M€
  • Un réseau de près de 4 500 kilomètres à déployer.