Hommage au portage à tête de femme

Dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme, la Collectivité Territoriale de Martinique rend hommage au portage à tête de femme, le vendredi 9 mars 2018, à 11h sur la route de la Trace.

Elles transportaient sur la tête, dans des « paniers » ou « mannes », pierres, terre et cailloux.

La route de la Trace que nous connaissons aujourd’hui, dans sa portion allant de Deux Choux au Morne-Rouge en passant par le tunnel de la Propreté et Fonds Marie-Reine, a été construite après l’éruption de 1929, l’objectif premier étant d’assurer l’évacuation des populations du Morne Rouge et d’Ajoupa Bouillon menacées par les dernières éruptions de la Pelée. Nous sommes au début des années 1930 et les femmes ont porté leur contribution dans ces métiers particulièrement pénibles et périlleux qu’étaient le terrassement et la construction de routes. Elles transportaient sur la tête, dans des « paniers » ou « mannes », pierres, terre et cailloux.

Ce métier de portage (charbon pour les bateaux de la Compagnie Transatlantique, roches et cailloux pour la construction des routes) était en grande partie assuré par les femmes, avant l’introduction des machines. L’Inspecteur des Ponts et Chaussées note en 1931 « qu’entre la Rivière de la Propreté et Deux Choux, la nouvelle voie, dont les travaux sont commencés, est une route de grande montagne, d’exécution très difficile. »

Honorer le travail des ouvriers, ouvrières, manœuvres, cantonniers, porteurs et porteuses

À l’occasion de la Journée internationale des Femmes en lutte, la Collectivité Territoriale de Martinique rend hommage à ces femmes (porteuses, charbonnières) qui ont contribué à la construction de notre pays. Lorsque les hommes cassaient la roche, faisaient exploser les mines, déblayaient le terrain, les femmes prenaient le relais pour transporter les matériaux et remblayer les routes.

C’est aussi une façon d’honorer le travail de ces ouvriers, ouvrières, manœuvres, cantonniers, porteurs et porteuses, qui ont ouvert la voie au désenclavement du Nord de la Martinique et à la modernisation de notre réseau routier.