EXPOSITION : La Martinique vue par Arlette Rosa-Lameynardie | 1960 – 1980

Désireuse de mettre en valeur le fonds photographique de Rosa-Lameynardie et de rendre hommage à cette grande dame de la photographie documentaire en Martinique, de son vivant, la Collectivité Territoriale de Martinique s’est associée à Diaphane, pôle photographique à Clermont-de-l’Oise, qui à travers l’édition 2017 de son festival Photaumnales consacrée à la photographie en Martinique et en Guadeloupe, présente l’exposition Chemin faisant, une sélection de photographies d’Arlette Rosa-Lameynardie.

La collection photographique Arlette Rosa-Lameynardie…

La Collectivité Territoriale de Martinique, à travers ses directions des Archives, des Musées et des Bibliothèques, conserve et met en valeur le patrimoine photographique de la Martinique.

En 2001, le Musée d’histoire et d’archéologie avait fait l’acquisition d’environ 6000 négatifs d’Arlette Rosa-Lameynardie, photographe professionnelle installée en Martinique depuis 1961, et en a confié la conservation aux Archives de la Martinique. Visible depuis 2015 sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais (www.patrimoines-martinique.org), cette très belle documentation met en lumière la Martinique des années 60 aux années 90.

Deux expositions complémentaires l’une de l’autre

  • Au Musée d’archéologie et de préhistoire, rue de la Liberté, à Fort-de-France:

 

Regards vagabonds… La Martinique vue par Arlette Lameynardie, 1960-1980,

du 13 novembre 2017  au 31 janvier 2018

(sélection de photographies autour du monde rural, des traditions populaires)

  • Aux Archives de Martinique, Morne Tartenson, à Fort-de-France:

Un monde en mutation. La Martinique vue par Arlette Lameynardie, 1960-1980,

du 6 novembre 2017 au 31 janvier 2018

(sélection de photographies autour de la ville, ses quartiers, ses activités)

Les photographies d’Arlette Lameynardie, vues d’aujourd’hui, mettent en lumière le télescopage de l’archaïque, du moderne et du postmoderne qui caractérise la Martinique de la fin des années 50 à aujourd’hui.

Les Archives de Martinique, à travers une sélection de quarante-deux photographies, ont choisi d’une part de montrer les transformations de la ville opérées au cours des décennies 60 à 80, et d’autre part de rendre hommage à Arlette Lameynardie, celle qui, en douce, avec délicatesse, a fixé pour longtemps les paysages, les expressions et les visages d’un temps aujourd’hui révolu.

 

Une dynamique fortement soutenue par la Conseillère Exécutive, Marie Hélène LÉOTIN :

« Nous avons voulu rendre hommage à un art souvent marginalisé, la photographie, qui relève à la fois du beau, du plaisir esthétique, et qui témoigne de notre histoire, notre patrimoine, nos coutumes, l’évolution de notre mode de vie et de notre société au cours du XXe siècle.

Deux expositions majeures ont lieu, l’une à Beauvais (département de l’Oise. Les Hauts de France) au Nord de Paris, l’autre chez nous en Martinique, à la fois aux Archives de Martinique (Morne Tartenson) et au Musée de préhistoire et d’archéologie précolombienne (rue de la liberté à Fort-de-France).

À Beauvais, ville connue pour sa cathédrale gothique , se trouve à deux pas de cette cathédrale le Quadrilatère, où sont exposées les photos d’artistes martiniquais et guadeloupéens. C’est le pôle de photographie « Diaphane » qui organise chaque année une exposition, « Couleurs Pays ». Les photographes de Guadeloupe et de Martinique sont mis à l’honneur cette année, et ce jusqu’au 31 décembre 2017.

On peut voir des photos des années 1920-1930 aux années 1960-1980 qui marquent la fin du monde de l’habitation. À côté de ces photos en noir et blanc, l’exposition fait une large place à de jeunes artistes issus du Campus Caribéen des Arts, alliant photographie et infographie. On retrouve la génération ancienne: Arlette Lameynardie, Félix Rose-Rosette, Armand Benoit-Jeannette, Denise Colomb.

Une génération plus récente: Jean-Luc de Laguarigue, Jean Popincourt, David Damoison, Gilles Elit-dit-Cosaque et les jeunes d’une époque très moderne: Robert Charlotte, Shirley Rufin, Yohann Lamon, Weena Ouensanga…

Parmi la génération ancienne, mais encore vivante, nous proposons ici en Martinique une exposition d’Arlette Rosa-Lameynardie, née en 1930, installée en Martinique depuis 1961. L’expo est intitulée « Chemin Faisant ». Avec l’œil de la reporter-photographe , elle présente des scènes de vie des années 1960 qui constituent pour nous de précieux témoignages , à l’heure où la Martinique bascule dans la modernité de façon précipitée.

« La photographie, c’est l’instant d’un instant ». (Extraits du livre consacré à Arlette Rosa-Lameynardie, rédigé par Dominique Taffin et Véronique Masini). »