Énergie et déchets : de nouveaux objectifs!

Ce mardi 17 janvier 2017, le Président du Conseil Exécutif de la CTM, le Préfet de Martinique, le Président du SMEM, le Directeur Régional de l’ADEME et le Directeur Régional d’EDF ont signé les conventions pluriannuelles 2016-2020 pour la mise en œuvre des Programmes Territoriaux de Maitrise des Déchets (PTMD) et de l’Energie (PTME).

Ces programmes, dotés respectivement d’un budget de 24 620 000 € et 47 180 000 €, visent à promouvoir une politique locale concertée de maîtrise des déchets et de l’énergie, de développement de l’économie circulaire, de protection de l’environnement et de développement durable.

L’urgence d’agir

Comparée aux autres départements ou territoires d’outre-mer, la Martinique est plutôt bien dotée en termes d’équipements structurants. Elle compte en effet 12 déchèteries, un incinérateur, une unité de méthanisation, un centre de tri d’emballages, plusieurs plateformes de compostage, des centre de traitement et prétraitement des déchets… Néanmoins, le territoire est en quasi pénurie d’exutoire, jusqu’à l’ouverture de la nouvelle installation de stockage de déchets de Petit Galion, prévue courant 2017.

Il reste également un effort conséquent à faire sur la réduction des déchets et la systématisation du geste de tri pour augmenter les taux de recyclage.

De son côté, la maîtrise de l’énergie est le défi majeur de la transition énergétique notamment en Martinique car elle revêt des enjeux environnementaux mais également économiques et sociaux. Afin d’atteindre l’autonomie énergétique de l’île en 2030, il est nécessaire de développer d’avantage l’efficacité énergétique des installations et équipements car l’ensemble de cette demande ne saurait être couverte par les Énergies Renouvelables.

Énergie : Consommer moins et mieux

Le programme territorial 2016-2020 pour la Maitrise de l’Énergie (PTME) prévoit trois programmes d’actions : la Maitrise de la Demande en Énergie et l’ Efficacité Énergétique, les Énergies Renouvelables, les Projets territoriaux de développement durable. Pour mener à bien l’ensemble de ces projets, les partenaires se sont fixés plusieurs objectifs:

  • Une diminution de la consommation énergétique, soit au moins 30% d’économies d’électricité pour le territoire d’ici 2020.
  • La substitution de l’énergie électrique par l’énergie thermique solaire, grâce à l’installation de 50 000 équipements d’eau-chaude solaire, soit 60% de foyers équipés de chauffe-eaux solaires d’ici 2020.
  • L’augmentation de la part des Énergies Renouvelables dans le mix énergétique, pour ainsi atteindre 56% de la production d’électricité à partir d’EnR d’ici 2023.
  • La consolidation des activités d’observation, via la mise en place d’observatoires : des outils pertinents pour aider à programmer et suivre les actions territoriales dans le domaine de l’énergie, des déchets et de la lutte contre le changement climatique.

Plusieurs autres projets innovants sont également prévus d’ici 2020, comme par exemple : la Géothermie basse et haute température, le développement d’éco-quartiers, l’Eclairage Public Intelligent, le Smart-Grid, Développement de recharge solaire au service de la mobilité électrique… et bien d’autres.

Déchets : Produire moins et traiter mieux

Compte tenu des orientations actuelles en matière de protection de l’environnement et des objectifs définis par les politiques nationales, la CTM, l’ADEME et l’ETAT décident de mener conjointement pour la période 2016-2020 une politique locale de maitrise des déchets, de développement de l’économie circulaire, de protection de l’environnement et de développement durable en cohérence avec les orientations données par la Loi sur la Transition Énergétique pour la Croissance Verte et le Plan déchets.

Celle-ci se concrétise par la création du Programme Territorial de Maîtrise des Déchets et Économie Circulaire (PTMD).

A travers une démarche d’économie circulaire, la convention vise à promouvoir des modes de production et de consommation responsable. Il s’agira principalement :

  • d’élaborer les plans de gestion des déchets et d’accompagner les équipements prévus dans ce plan,
  • de développer et de moderniser les unités de traitement des déchets déjà existantes dans un objectif de mise à niveau technique par rapport aux nouveaux enjeux industriels et économiques nationaux,
  • et de promouvoir et accompagner de nouvelles filières de prétraitement et/ou de valorisation des déchets dont le territoire n’est pas encore pourvu…