« Endométriose & Nutrition », mieux vivre avec la maladie

Ce vendredi 28 avril 2017 à 18h30, en salle des délibérations de l’Hôtel de la CTM, la Collectivité et Madin’Endogirls organisent une Conférence sur le thème « Endométriose et Nutrition » ; l’occasion de faire le point sur ce problème de santé publique et permettre de réelles avancées au niveau local.

Deux conférenciers nous feront part de leur approche respective en la matière :

  • Dr Charles QUIST, gynécologue obstétricien, l’un des premiers à s’être intéressé à la maladie,
  • Dr Françoise DOUADI, homéopathe en micronutrition, qui a fait du traitement par l’alimentation son cheval de bataille,

Mieux connaître l’endométriose

L’endométriose est une maladie typiquement féminine, incurable, évolutive et inflammatoire. Cette maladie est due au développement de l’endomètre, muqueuse utérine qui s’épaissit au moment des règles pour préparer la venue d’un œuf. En cas de non fécondation, elle saigne et s’évacue au moment des règles. Or, dans certains cas, des cellules remontent dans l’organisme et vont se poser sur les organes, ce qui occasionne de violentes douleurs. Pourquoi ? Comment ? Aucune réponse à ce jour !

Cette maladie évolue dans le corps de la femme comme un cancer. Elle porte atteinte à son identité de femme, tant elle la touche :

  • physiquement (crises douloureuses handicapantes),
  • intimement (rapports sexuels douloureux, vie de couple perturbée),
  • socialement (perte d’emploi, d’amis)
  • et surtout, psychologiquement (isolement, dépression)

Un problème de santé publique

A ce jour, il n’existe pas en Martinique de centre pluridisciplinaire permettant un suivi sur place. Le traitement de cette maladie passe souvent par des chirurgies lourdes et les femmes atteintes, de plus en plus nombreuses, sont obligées de partir se soigner en Métropole or, toutes n’en n’ont pas les moyens.

De même, il n’existe aucune statistique permettant à ce jour, de savoir combien de femmes sont atteintes. On sait juste que les cas les plus compliqués, décelés sur des femmes de plus en plus jeunes, sont observés chez nous.

Même si aujourd’hui les causes de l’endométriose sont encore méconnues et qu’aucun traitement miracle n’a été décelé, il convient d’apprendre à mieux vivre avec. Ainsi, les recherches ont montré que l’alimentation et les perturbateurs endocriniens jouaient un rôle important dans l’apparition des symptômes et l’évolution de la maladie.

Madin’ endogirls, un partenaire impliqué

C’est donc sur cette dernière piste que se penchera cette conférence gratuite, organisée en partenariat avec « Madin’ endogirls », une antenne associative d’Endomind créée il y a moins d’un an.

L’association œuvre quotidiennement à faire sortir la maladie de l’ombre, en menant des actions informatives auprès du grand public. Grâce à ses dernières, le nombre d’adhérents ne cesse de croître : de plus en plus de femmes et de couples  osent parler de leurs souffrances, et sortir de l’isolement dans lequel plonge cette pathologie, par méconnaissance. Elle milite également pour le développement local des soins, la Martinique n’ayant rien à envier en nombre de spécialistes compétents.

Le 27 Juin 2016, la Ministre de l’Education Nationale, très sensible à la cause, a signé une convention visant à la formation du personnel d’éducation face à la maladie, mais aussi à l’organisation de modules pédagogiques dans les établissements scolaires. La Conférence de ce vendredi 28 avril vient compléter cette sensibilisation et les travaux de réflexion sur le traitement de la maladie en Martinique.

Venez nombreux !