Economie Sociale et Solidaire : la Martinique tient sa 1ère conférence

Participez à la 1ère Conférence Territoriale de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS),

Le mardi 17 avril 2018 au palais des congrès de Madiana

8h30 à 12h00 : feuille de route 2018-2020 (Amphithéâtre 10)
12h30 à 16h00 : espaces rencontre avec les acteurs De l’accompagnement et du financement de l’ESS (salon Taïnos)

L’économie sociale et solidaire représente, aujourd’hui, en Martinique 15.2 % de l’emploi privé local.
De plus, l’emploi d’économie sociale de la Martinique a augmenté de11,7% en 5 ans, pendant que l’emploi privé local, enregistrait une augmentation de 3,5%. Le secteur associatif représente en Martinique un peu plus de 85% des salariés d’économie sociale.

La loi relative à l’économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014 prévoit l’organisation d’une conférence régionale de l’économie sociale et solidaire tous les 2 ans avec comme objectif d’être le lieu de débat des orientations pour le développement de l’économie sociale et solidaire.

Cette conférence  a  nécessité en amont une large  concertation des  acteurs locaux et permet de répondre aux principaux enjeux identifiés localement,  sur la base des contributions recueillies tant lors de la tenue des ateliers du 21 au 23 novembre 2017 que des contributions directes  et constituera le socle de la feuille de route  2018 2020   :

Enjeu n°1 : Favoriser la création, le développement des entreprises et des emplois dans l’ESS

Enjeu n°2 : Dynamiser le territoire martiniquais par le développement de l’ESS

Enjeu n°3 : Soutenir l’innovation sociale le développement durable et les initiatives répondant aux enjeux du territoire

Enjeu n°4 : Encourager l’engagement du bénévolat et le développement de l’utilité sociale

Enjeu n°5 : Identifier et rendre lisible les leviers de financement de l’ESS

L’ESS n’est pas un secteur d’activité mais un mode d’entreprendre qui met fin au postulat selon lequel « l’économie » s’oppose systématiquement au « social » et au « solidaire ».

Dans ce modèle entrepreneurial qui concerne tous les secteurs d’activité, « activité économique » et « utilité sociale » sont indissociables. L’entreprise est alors guidée par les valeurs que sont la solidarité, le partage ou encore la coopération.

De plus, cinq principes majeurs permettent de reconnaitre les entreprises évoluant dans ce schéma. Il s’agit de :

  1. L’utilité sociale : l’entreprise ne répond pas aux besoins d’un individu. Son objectif est d’apporter une réponse concrète à des populations en difficultés ou sensibles (chômeurs, exclus…). Exemple : le commerce équitable, les entreprises d’insertion qui aident à retrouver un emploi…
  2. La non-lucrativité individuelle : en lieu et place de la recherche de profit et de l’accumulation de richesses individuelles par un petit nombre de personnes, les bénéfices servent à la réalisation de projets utiles et durables à moyen et long terme ou sont équitablement répartis ;
  3. La gouvernance démocratique : toute décision importante est prise en assemblée générale. Les moyens de production des entreprises de l’ESS font l’objet d’une propriété collective ;
  4. La mixité des ressources : les ressources de ce secteur sont à la fois privées (coopératives et mutuelles) et mixtes (associations).
  5. La gestion autonome et indépendante : les entreprises de l’ESS sont indépendantes en ce qu’elles ne peuvent faire l’objet d’aucun contrôle de la part des collectivités publiques, de groupements, de fonds de pension ou de concurrents.