Conférence de l’ESS : Allocution de Francis CAROLE

 

Monsieur le représentant du préfet ,

Monsieur le représentant du Conseil National des Chambres de l’Economie Sociale et Solidaire,

Mesdames et Messieurs, chers collègues du Conseil Exécutif et de l’Assemblée de Martinique,

Messieurs les présidents des communautés d’agglomérations,

Mesdames et messieurs les représentants des chambres consulaires,

Mesdames et messieurs, acteurs de l’ESS,

Mesdames et Messieurs en vos grades et qualités,

Chers participants à cette 1ère conférence Territoriale de l’Economie Sociale et Solidaire de Martinique,

Je ne voudrais pas commencer mon propos sans excuser le Président du Conseil Exécutif de Martinique, monsieur Alfred MARIE-JEANNE qui, retenu par les assises des outre mers à Paris, n’a pu être des nôtres.

Il m’a demandé de vous saluer et surtout de vous dire combien ce secteur de l’ESS avait de l’importance pour la CTM mais aussi pour lui, car il est ancré dans notre histoire martiniquaise.

Voilà presqu’une année que la CTM et l’Etat ont pris l’engagement d’organiser la 1ère conférence de l’ESS.

Il y a eu de nombreuses rencontres, la mise en place d’un comité technique et d’un comité de pilotage. L’organisation des ateliers de réflexion auxquels ont pris part près de 150 personnes a constitué une étape majeure dans notre démarche qui s’est voulue participative et démocratique.

Nous sommes désormais en mesure de partager avec vous les résultats de ces réflexions fondatrices, nous l’espérons, de notre feuille de route 2018-2020.

Il me revient, à l’occasion du lancement de cette première conférence de l’ESS, de prendre la parole au nom de la collectivité de Martinique. Cette parole, vous le comprendrez aisément, se doit d’être ambitieuse et également dépourvue de faux semblants car elle s’adresse à :

  • des acteurs qui s’investissent chaque jour pour notre pays,
  • des acteurs dont il faut saluer la détermination,
  • des acteurs qui croient farouchement que l’emploi, le développement économique, l’entrepreneuriat peuvent aussi laisser une grande part à l’épanouissement social et à une relation solidaire.

Alors oui, la CTM a ,en partage avec vous, ce souhait d’un développement économique qui, par essence, s’appuie sur les valeurs de solidarité, d’utilité sociale, de participation et de démocratie.

Dans ce mode d’entreprendre, la quête du profit pour le profit n’est pas la finalité. C’est l’utilité sociale, c’est l’humain qui font fonction de boussole.

Vous le savez, l’engagement solidaire est au cœur de l’action quotidienne de la CTM.

Il l’est dans l’important champ de l’action sociale qui, pour mémoire, représente 1/3 de notre budget, soit environ 400 millions d’euros.

Il l’est aussi dans le récent schéma de l’autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap voté en assemblée plénière de février 2018.

Il l’est encore dans le plan d’actions du Schéma Territorial de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation de Martinique (STDEEII), qui consacre dans son volet ESS de nouveaux outils pour accompagner l’essor de l’Economie Sociale et Solidaire, avec de nouvelles structures d’entrepreneuriat, comme les sociétés coopératives, les sociétés coopératives d’intérêt collectif.

Alors oui, cette conférence est importante, car même si son organisation renvoie à une obligation de la loi cadre du 21 juillet 2014 de l’Economie Sociale et Solidaire, elle s’inscrit également, sans aucun doute, dans une ambition réelle et globale de la CTM.

Ambition de conforter et de consolider l’existant en accompagnant mieux voire différemment si nécessaire.

Ambition d’impulser des politiques territoriales dans lesquelles pourraient s’exprimer toutes vos initiatives.

Ambition enfin de reconnaître les acteurs de ces réussites dans les activités financières et d’assurance, dans la santé, dans l’action sociale, le sport, les loisirs, la culture, les activités de la mer et tous les secteurs de l’activité économique.

Nous ne voulons pas apparaître comme des spécialistes de la langue de bois en laissant croire que tout serait parfait. Non ! Des difficultés existent. Nous les connaissons. Ici et là, les finalités, les stratégies, les procédures, les délais, le type d’accompagnement, les moyens, l’évaluation méritent, d’être revus et repensés. Au-delà de cette conférence d’aujourd’hui, c’est cette nécessaire révolution que nous avons entreprise avec nos partenaires, dans la confiance et la transparence.

Il nous faut bousculer les habitudes sclérosantes, partout et à tous les niveaux, si nous voulons aller de l’avant.

Il n’y a pas d’alternative à l’innovation, à l’inventivité et à la volonté politique.

En dépit de ces difficultés l’Economie Sociale et Solidaire est un secteur d’avenir, qui crée des emplois. Elle représente aujourd’hui plus de 16% des emplois privés en Martinique. Avec 85% de ces emplois, le secteur associatif y joue un rôle particulièrement important.

L’ESS doit être au cœur du développement de la Martinique comme elle l’a toujours été mais, jusqu’alors, de manière informelle. Aux acteurs d’aujourd’hui d’en prendre toute la mesure.

Notre pays ne manque pas de ressources et face aux nombreux départs subis de la jeunesse martiniquaise, l’ESS peut apporter des solutions y compris innovantes.

A nous tous, associations, institutions, collectivités, organismes de financement’ de saisir ce moment fondateur pour donner une nouvelle impulsion à l’ESS.

La première Conférence Territoriale doit nous permettre de mettre en place une vraie stratégie de conquête de ce mode d’entreprendre.Là où le besoin existe, Il faut créer des structures de l’économie sociale.

Avant de conclure, je veux remercier tous les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire, ainsi que toutes celles et tous ceux qui ont contribué au succès de cette première conférence Territoriale, porteuse d’espérance.

Merci de votre attention.

 

Francis CAROLE