Campagne contre les violences faites aux femmes : La CTM renforce son engagement

Lors de la Conférence de presse de lancement de la 19ème Campagne pour l’élimination des violences faites aux femmes,  Francis Carole, Conseiller Exécutif en charge des Affaires sociales  a renouvelé l’engagement de la C.T.M auprès des partenaires impliqués et a salué le travail des associations.

Une culture de l’égalité  au sein de la Collectivité

En sus de la participation financière de la collectivité à cette campagne, et ce, depuis quelques années, la C.T.M. a tenu à renforcer, à partir de cette année, sa participation politique et physique. Des dispositions internes ont donc été prises s’agissant de la formation prochaine de l’ensemble de l’effectif à la culture de l’égalité entre les femmes et les hommes, notamment en matière de prévention réglementaire des violences au travail (harcèlement sexiste et sexuel…) ; la nomination d’une Référente Egalité entre les femmes et les hommes formalise ainsi la volonté de la mandature de progresser dans la culture de l’égalité.

Lutter contre le harcèlement

Le thème retenu cette année, au vu des nombreux constats et du contexte local, national et international, porte sur les harcèlements : protéiformes (en milieu professionnel, dans le couple, dans l’espace public…), ils relèvent de conduites abusives et souvent répétées. Ils s’agit de paroles, de gestes, d’actes, d’écrits, etc, qui portent atteinte à la personnalité, à la dignité ou à la santé physique ou psychologique d’une personne. En mettant sa victime sous emprise, le harceleur, qui ne respecte pas les cadres sociétaux, s’impose et indispose, souvent insoupçonné, il s’autorise à être légitimé dans sa perversion, à la recherche narcissique de faire souffrir sa victime. C’est l’objet de cette campagne.

Les résonnances sur le plan physique et/ou psychique sont vérifiables cliniquement : troubles du sommeil, digestifs, cardio-vasculaires (hypertension artérielle), anxiété, dérèglements divers…à savoir : système endocrinien, pathologies de la peau dues à la somatisation des souffrances non verbalisée, la liste est longue… On est dans un système de destruction évident qui impacte le système nerveux central et ne doit pas être banalisé car il peut emmener jusqu’au suicide… pour mettre un terme aux souffrances insupportables endurées !

Ces agissements, répréhensibles et sanctionnés par la législation en vigueur, notamment les articles 222-33 du Code pénal et suivants, répondent à un mécanisme qui consiste à isoler, déstabiliser et détruire les victimes, en majorité, des femmes.

En parler

En prévention et en cas de besoin, des numéros d’un réseau de professionnel.le.s sont communiqués pour renseigner, conseiller, aider les victimes potentielles et proches …Cette campagne invite les victimes à identifier leur situation à partir de définitions diverses, se méfier des individus harceleurs, s’en écarter et à parler…premier réflexe conseillé aux victimes de ce phénomène de société. Elle invite aussi à la lutte solidaire contre ces dérives.

+ D’infos:

19ème Campagne de Lutte contre les violences faites aux femmes (Site de la Préfecture)

Extrait du Code Pénal