Biennale des Arts de Dakar: la Martinique y est !

La Martinique est présente à la Biennale des Arts de Dakar dans le « Off Dapper » à Gorée, avec la célèbre pièce du plasticien Ernest Breleur : « Reconstitution d’une tribu perdue », figure majeure de l’art contemporain dans la Caraïbe et à l’international.

En dehors de l’émotion suscitée par le lieu, l’île de Gorée, c’est toute la diaspora marquant son retour sur le chemin de l’Afrique qu’évoquait cette installation.

L’œuvre de Breleur a été mise en lumière dans une salle du centre socio-culturel de Gorée. Elle y est jusqu’au 3 juin. La Collectivité Territoriale de Martinique a pris en charge le transport de l’œuvre et le déplacement de l’artiste. Cette installation a été particulièrement appréciée par un public d’amateurs et de professionnels. La population, les enfants de Gorée, ont eu de nombreux échanges avec l’artiste.

La Conseillère Exécutive , Marie-Hélène Léotin, qui avait fait le déplacement, ne tarit pas d’éloges pour cette manifestation internationale qui réunit les plasticiens d’art contemporain de tous les pays d’Afrique et de grands pays d’Europe, d’Amérique Latine et des Etats-Unis :

Nous étions plongés dans une immense fresque où près d’une centaine de pays, des centaines d’œuvres et d’artistes exposent sur les murs, dans les musées, les sites culturels, les bâtiments désaffectés, les lieux publics, des sites parfois insolites, je pense en particulier à cet ancien Palais de Justice, du temps de la colonie, dans le vieux Dakar, aujourd’hui désaffecté, transformé en lieu de rendez-vous central pour les expositions du « in » de DakarC’est tout un peuple qui fait vivre ce festival d’art contemporain avec des expositions, des conférences, des concerts, des« happenings » dans l’agglomération du grand Dakar.

L’artiste plasticien Habdaphaï était également présent à Gorée. Le festival Dak’Art 2018, effectivement est une grande fête internationale de l’art contemporain qui met en valeur les arts plastiques et les arts visuels issus aussi bien d’Afrique que des autres continents.

La Martinique a illuminé de sa présence cet évènement artistique à travers notamment  les nombreuses citations d’œuvres de Césaire, de Fanon et de Glissant, dans les catalogues, les discours ou sur les murs.

Cette  13 ème édition du «  Dak’Art » avait pour thème « l’heure rouge », expression empruntée à Aimé Césaire de sa pièce « Et les chiens se taisaient ».

La Biennale de Dakar est dédiée à la créativité du continent africain et de sa diaspora. Je crois au rayonnement de l’art africain contemporain que nous avons accueilli en Martinique cette année 2018. Le thème de la Biennale cette année porte sur les valeurs d’émancipation, de liberté, de responsabilité. Ce sont ces valeurs que nous défendons aussi à la Collectivité Territoriale de Martinique, lorsque nous parlons de responsabilité martiniquaise. », Marie-Hélène Léotin